Syncretismus Hypothesi

Lê Quan Ninh décrit Jennifer Walshe comme « la petite fille de Kagel, d’Aperghis et de Globokar au XXIe siècle, en plein cœur de notre société de la surinformation, dans un univers très informatisé, submergé par le web, où tout s’entrechoque et tout semble se valoir.»
Son travail est souvent très proche de la performance et ses œuvres sont très séquencées, fondées sur des cuts en forme de zapping continu, inspirés par l’esthétique de la télévision et des médias de masse, et plus encore par celle d’internet. Ces puzzles bariolés et invraisemblables, extrêmement précis et contrôlés malgré leur forme chaotique, produisent une image de l’incohérence du monde, dont la compositrice est une observatrice passionnée.

Son œuvre se destine à huit interprètes de l’ensemble ]h[iatus, auxquels se joignent l’artiste sonore Mario de Vega et Jennifer Walshe elle-même, à la voix et à la manipulation d’objets. Observant que leurs riches traditions culturelles respectives d’origine, Irlande et Mexique, sont totalement syncrétiques, Walshe et Vega ont écrit une pièce qui cherche à construire son propre système de sens et de flux énergétique, dans laquelle des circuits et des récepteurs fonctionnent de manière quasi-autonome pendant le concert, en plus des musiciens.

Le travail d’écriture s’appuie sur les sujets du chamanisme. La pièce se penche sur les relations des êtres vivants entre eux, dans ce qu’elles ont d’invisible et pour lesquelles l’espace-temps n’a pas de prise.

Programme

Jennifer Walshe & Mario de Vega : Syncretismus Hypothesi

Distribution

Jennifer Walshe : voix et objets

Mario de Vega : électronique

ensemble]h[iatus :

Angelika Sheridan : flûte

Carl Ludwig-Hübsch : tuba

Lê Quan Ninh : percussion

Thomas Lehn : piano et synthétiseur

Tiziana Bertoncini : violon

Martine Altenburger : violoncelle

Production : Ryoanji / Epicentre
Commande : Musica, Césaré, Ryoanji / Epicentre
Coproduction : Musica, Césaré, GRAME
En partenariat avec les SUBS, lieu vivant d’expériences artistiques – Lyon