Olga Neuwirth, Lara Morciano, Iannis Xenakis

Jean-Sébastien Bach est choisi comme fil conducteur de ce concert, dans deux transcriptions pour orchestre – la célèbre Toccata & Fugue en ré mineur par Leopold Stokowski et l’incontournable fugue à six voix du Ricercare de L’Offrande musicale par Anton Webern – et dans la transcription pour piano faite par Ferruccio Busoni de la fameuse Chaconne de la Partita n°2 pour violon seul. Ces solides et grandioses architectures encadrent trois œuvres de notre temps, à commencer par Locus... doublure... solus d’Olga Neuwirth (2001), pour piano et ensemble.

Dans ce concerto en sept mouvements d’une grande diversité, piano et orchestre tantôt s’affrontent en d’abruptes masses taillées à la hache, tantôt se fusionnent dans des sonorités fluides et cristallines aux miroitements quasi-spectraux. Un échantillonneur vient doubler et enrichir le piano en lui ajoutant des nuances microtonales.

Au centre du concert est créé Riji de Lara Morciano, une compositrice parfaitement rompue au travail des timbres orchestraux, des harmonies et des résonances. Le concert se clôture par Terretektorh d’Iannis Xenakis (1966), pour laquelle le chef dirige depuis le centre de la salle un orchestre de quatre-vingt-huit musiciens mélangés au public, dans une expérience immersive et participative extraordinaire, au plus près du son, du mouvement et du geste, chaque musicien jouant en plus de son propre instrument différents objets, sifflet, percussions, sirène...

Programme

Jean-Sébastien Bach : Toccata & Fugue en ré mineur (orch. L. Stokowski) Ricercare de L’Offrande musicale (orch. A. Webern) Chaconne de la Partita pour violon n°2 (arr. pour piano F. Busoni) Olga Neuwirth : Locus... doublure... solus Lara Morciano : Riji, création mondiale Iannis Xenakis : Terretektorh

Distribution

Vanessa Benelli-Mosell : piano

Orchestre national de Lyon

Ilan Volkov : direction