Point Limite Zéro

Le bord de la bande

Deuxième volet du dyptique Point Limite Zéro qui explore les porosités de la limite, le rapport subjectif de l’audible et de l’inaudible. Une installation sonore et visuelle portée par un dispositif radiophonique et composée à partir de récits d’entendeurs de voix. Les « entendeurs de voix » (diagnostiqués comme schizophrènes par la psychiatrie) se sont constitués en réseau depuis quelques années (réseau intervoice et Réseau français sur l’entente de voix (REV)). Ce mouvement considère que le fait d’entendre des voix n’est pas en soi un symptôme de maladie mentale mais qu’il s’agit d’un phénomène porteur de sens pour les personnes concernées. Cette pièce explore les paradoxes de cet audible néanmoins inaudible. Le volet installation du diptyque revisite le concept de Hörspiel (pièce radiophonique). Diffusée dans l'obscurité, la pièce sonore est projetée via les ondes FM sur une quarantaine de petits postes radio, alignés pour constituer un mur de radio. Le son se déplace ainsi à l'intérieur de ce mur en circulant via les différents postes.

le_bord_de_la_bande_040719_2_w._garrey.jpg

Le bord de la bande, installation sonore
Voix magnétiques, performance pour 2 voix, magnétophones à bandes, micros et haut-parleurs

Les Harmoniques du Néon, Anne Laure Pigache & Anne-Julie Rollet
Co-produit par Les Harmoniques du Néon, le COréam et Grame, centre national de création musicale. Soutenu par Le Déclic à Claix (38), La Source à Fontaine (38), L’Athénor à St Nazaire, Le GMEA à Albi, CESARE à Reims, Le GMEM à Marseille, ADAMI, Archipel des utopies, La Drac AURA, La Région AURA, Le Département de l'Isère et La Ville de Grenoble.
Création Biennale Musiques en Scène 2018

©William Garrey

Point Limite Zéro