greensounds

Transparence: étymologiquement du latin trans : au delà, à travers et parere : paraître, apparaître. Le projet de l'installation greensounds est bien de laisser transparaître les univers visuel et sonore de parcs et jardins en un lieu d'exposition par le biais de dispositifs technologiques. Il s'agit d'une recréation virtuelle et métaphorique d'un environnement naturel, d'une sorte de délocalisation, de transfert de paysages sonore et visuel.

Dans cet esprit, l'installation greensounds prend pour motif le Parc de Gerland de Lyon. Elle est une déclinaison interactive de l'installation Animots qui fonctionne de manière pérenne depuis décembre 2000 au cœur de ce parc. Animots consiste en une diffusion sonore qui semble provenir de multiples points de l'espace végétal du Parc. Les compositions sonores, suivant les moments, sont réalisées à partir de sons empruntant à trois typologies sonores différentes. Un premier type est caractérisé par des sons naturels, mimétiques, que l'on peut entendre dans les parcs, les jardins, la campagne, comme des sons d'oiseaux, de petits animaux, d'eau, de vent … A l'opposé, une seconde catégorie est basée sur des sons de nature culturelle comme des sons instrumentaux, vocaux ou de synthèse, joués tel quel ou après traitement sonore. Enfin, entre ces deux types, un troisième est façonné à partir de sons ambigus, entre nature et culture qui interrogent et provoquent un basculement de la perception tantôt d'un coté, tantôt de l'autre.

Là aussi, le choix d'une ou l'autre de ces catégories implique des situations d'écoute qui laissent transparaître des évocations bien différenciées. A la différence de Animots qui existe et mène sa vie dans un micro-monde, en indépendance totale avec le vivant du Parc, greensounds est une installation interactive influencée par le visiteur écoutant et manipulant. L'interface gestuelle entre ce dernier et le dispositif est une tablette mise à disposition. L'acteur ajoute ou substitue au flux sonore dérivé de Animots de nouveaux événements dont le type, la spatialité, la vélocité sont interprétés à partir de ses propres gestes. La tablette se comporte alors comme un véritable instrument permettant à l'utilisateur de "jouer" avec l'espace sonore. En parallèle, un écho du Parc de Gerland est suggéré par une vidéo construite à partir d'éléments visuels du Parc. L'installation se déroule dans un espace intérieur à partir de 6 points de diffusion sonore.

Assistance et ingénierie informatique: Christophe Lebreton, Dominique Fober, Stephane Letz
Production GRAME, Centre National de Création Musicale