Vincent Carinola

Virtual Rhizome

Le musicien, armé de deux capteurs de geste, est plongé dans une architecture sonore virtuelle qu’il doit dévoiler et qui se modifie à chaque instant. Confronté à des situations inattendues, autant d’épreuves exigeant de la précision et des réflexes affutés, il devra réussir à s’orienter le long d’un parcours à l’issue incertaine.

Vincent-Raphaël Carinola a écrit des œuvres pour des formations très diverses, avec ou sans dispositif électroacoustique, acousmatiques, pour la scène, pour des installations. À travers ses travaux, il explore, entre autres, les possibilités de « torsion » harmonique offertes par les micro-intervalles, la spatialisation du son, la position de l’instrumentiste confronté aux dispositifs de diffusion ou l’intégration de l’image et de la scénographie dans le processus d’écriture. Avec Virtual Rhizome, le compositeur imagine un labyrinthe à l’intérieur duquel l’ interprète évolue. Le travail de composition est situé en amont du geste instrumental. Le smartphone est pour Vincent Carinola un instrument qui a la capacité de fonctionner de façon autonome, une sorte de robot… Il en conçoit un « monde » qui permet la confrontation entre l’interprète et l’automate et c’est de cette opposition que nait la performance musicale.

Vincent-Raphaël Carinola, composition
Jean Geoffroy, smartphones
Christophe Lebreton, développement technologique

Coproduction Auditorium-Orchestre national de Lyon et commande Grame – centre national de création musicale, en partenariat avec Zone(s) de combat.

©Pascal Chantier

Vincent Carinola