Gianvincenzo Cresta & Alexandros Markeas

Viola Narrante

Création : 2019

Le compositeur Gianvincenzo Cresta s'est passionné pour un rite traditionnel fascinant de l'Italie du sud, le Miserere de Sessa Aurunca, cérémonie populaire au cours de laquelle un cortège d’hommes vêtus de noir entonne un mystérieux chant funèbre. L’altiste évolue parmi les illustrations créées par l'artiste et musicologue Gianfranco Vinay.

S'inspirant de musiques traditionnelles crétoises, le compositeur Alexandros Markeas a choisi la viole d'amour, dont la sonorité rappelle étonnamment celle de la lyre crétoise. Il a imaginé un projet scénique fait de dialogues, de jeux d'illusions et de dissociations entre le jeu en direct et un dispositif constitué de trois écrans, qui multiplient les possibilités de jeu virtuel.

Si ces deux créations se référent à des rituels populaires, sacrés ou profanes, c'est autant pour rendre hommage à ces traditions immémoriales que pour en offrir une lecture détournée, et interroger ainsi notre époque sur la place du rituel et de la narration. Par leur similitude avec la voix humaine, les deux violes, la viole d'amour et l'alto, que l'on nomme viola dans bien des langues, deviennent les vecteurs de la narration musicale et visuelle que propose Viola narrante.

Viola narrante sera créée le 29 novembre 2019 dans le cadre du Festival Sons d’Automne à Annecy.

Viola narrante, pour alto, viole d’amour et dispositif audio et vidéo
Alexandros Markeas et Gianvincenzo Cresta : compositeurs
Christophe Desjardins : alto et viole d'amour
Technique Grame

Gianvincenzo Cresta & Alexandros Markeas