Visual Exformation

Sur scène, trois cubes aux contours d’aluminium sertis de LED encadrent un quatuor à cordes. Le jeu des 4 musiciens entre en correspondance avec l’installation : les lumières interagissent en temps réel avec la musique, changent d’intensité et de couleurs, répondant aux pulsations et aux différents mouvements de la partition : une invitation faite aux spectateurs à entrer dans un monde fascinant, un tissu de sons et d’images et à vivre une expérience synesthésique.

Au cœur du dispositif, l’installation performative qui peut être montrée dans un musée ou un espace public, prend toute sa mesure lorsqu’elle est interprétée par le quatuor à cordes qui lui donne tout son sens, et se mue en une composition totale poétique et numérique.

Interactivité oblige, compositeur, interprètes, scénographe et designer ont travaillé en étroite collaboration pour réaliser ce spectacle pluridisciplinaire, de l’analyse et du codage des paramètres musicaux à la programmation des combinaisons de couleurs. La structure s’inspire d’une théorie selon laquelle notre cerveau est incapable de traiter la totalité des informations enregistrées par nos yeux. Ainsi, ce que nous voyons n’est pas la réalité « globale », mais seulement une partie de celle-ci (celle que notre esprit parvient à comprendre). Nos sens et notre esprit travaillent donc ensemble à nous construire une image simplifiée du monde qui nous entoure afin que nous puissions le comprendre.

visual_exformation_040719_2_g.cchauvin.jpg

Jesper Nordin : compositeur
Cyril Teste : metteur en scène
Ramy Fischler : designer
Tor Nørretranders : auteur scientifique
Quatuor Diotima

Co-production : Grame - Cncm, Festival Musica Strasbourg, Lux Scène nationale de Valence, Quatuor Diotima, Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains. Avec le soutien du Centquatre-Paris et du Fonds [SCAN] Auvergne-Rhône-Alpes. Commande musicale avec l’aide à l’écriture d’oeuvres musicales originales (Ministère de la Culture) et Wittener Tage für neue Kammermusik. Partenariat KKDC luminaires

© Taipei Fine Arts Museum
© G.Chauvin